VESTIGES EXPOSITION UNIVERSELLE
PARIS 1889

Tour Eiffel
(Champ de Mars – Paris)
Appelée à l’époque « Tour de 300 mètres », conçue par l’architecte Stéphane Sauvestre et édifiée par l’ingénieur Gustave Eiffel. D'abord destinée à survivre 10 ans après l'expo, elle fut sauvée gràce à son utilité pour la télégraphie sans fil. Elle a été remaniée en 1937 à l’occasion de l’exposition universelle et a aussi, au fil des années, été pourvue d’antennes de communication qui ont accrues sa taille. Elle a été de fait au coeur des expositions de 1889, 1900, 1925 et 1937.


Tronçons d'origine d'escaliers de la Tour Eiffel (Localisations diverses)
Tronçons démontés lors de modifications architecturales successives survenus sur la Tour Eiffel et vendus aux enchères par la suite. Ces tronçons peuvent être localisés entre autres :
.près du pavillon Baltard à Nogent sur Marne - dans la propriété du chanteur Guy Béart (depuis 1984) - chez un collectionneur de Genéve (depuis 1990) - chez un collectionneur de Las Végas (depuis 1990) - chez un autre collectionneur français (depuis 1990) - à Levallois Perret...


Plaques émaillées du pavillon des Beaux-Arts (Square Paul Langevin – Paris 5eme)



Pavillon divers (Bibliothèque Schoelcher à Fort-de-France – Martinique)
Pavillon construit par Henri Picq et érigé d’abord pour abriter le pavillon des Antilles Françaises durant l’exposition de 1889 à Paris place du Caroussel. Il est transporté en 1893 vers Fort de France.
! Attention, certaines informations prétendent que ce batiment n'est pas un vestige d'exposition universelle


Retables de décoration du pavillon espagnol ( Eglise de la Louptière -Romilly )
Après l'exposition, ils ont été vendus aux enchères à Melle Thénard qui en fit don à l' église de Courceaux puis la Louptière-Thénard. 

Plafond en faïence provenant de la voûte du Pavillon de la Section de la Céramique (Niort - Salle Tolbecque du Musée d’Agesci)
Le céramiste Prosper Jouneau réalise cette pièce unique dans son atelier de Parthenay et l'expose lors de l'exposition universelle de 1889. Cette oeuvre qui lui demanda plus d’un an de travail sera récompensée par une médaille d’or et les félicitations du président Sadi Carnot. L'oeuvre sera ensuite vendue à Auguste Tolbecque, riche Niortais. De format carré, le plafond mesure trois mètres de côté.



Palais National du Chili
(Musée Artequin (ex-Pabellon Paris) - Parc de la Quinta Normal - Santiago de Chili)
Pavillon construit par l'architecte Henri Picq pour l'exposition universelle de 1889 puis remonté au Chili par la suite. Il est depuis 1993 le musée Artequin.



Bas relief "Lion" copié de la suite des lois du palais de Darius à Suse (Perse) (Vitry-sur-Seine – 26 rue Camille Groult)
Conçus par Charles Louis Lesueur (1856-1935) en brique émaillée.
 


Frises copiées d’archers perses du palais de Darius à Suse (Perse) (Paris – 11 rue des Sablons)
Conçues par Emile Muller avec le sculpteur Charles Louis Lesueur en grés – Pendantes de la « Frise aux lions » de Vitry.



Pavillon des Missions Evangéliques Norvégiennes (Ville d'Avray - Temple protestant 41 avenue de Balzac)
Pavillon en bois construit en Norvège pour l'exposition de 1889


Quatre reliefs de Rois aztèques de la facade du pavillon du Mexique (Jardin de la Triple Alliance - Mexico)
Ces reliefs en bronze mesurent plus de 3 mètres de haut. Ils ont été créées par Jesus F. Contreras pour décorer la facade du palais de la République Mexicaine. Elles représentent Izcoatl, Nezahualcoyotl, Totoquihuatzin et Cuauhtemoc.



Foudre géant des Champagnes Mercier (Hall du siège des Champagnes Mercier – Epernay)
La construction de ce tonneau a duré 11 ans et nécessité 150 chênes. Il a été décoré par le sculpteur Naviet. D’un poids de 20 tonnes pour une contenance de 200.000 bouteilles, il fut mené à l’exposition sur un chariot à roues géantes tiré par 12 paires de bœufs. Cette scène du transport est d'ailleurs reconstituée désormais en miniature à coté du foudre à Epernay.




Pavillons divers (9 rue Campagne première - Paris)
Maison faite de matériaux de la démolition de l’exposition fut réédifiée par l’architecte Taberlet

Halle métallique du pavillon de la Russie et de l’Autriche (Gare du Sud – Nice – Place du général de Gaulle)
La grande halle métallique abritant les quais à l’arrière de la gare est pour l’essentiel constituée du pavillon Russe et Autrichiens à l’exposition de 1889.

Chalet (Cabourg)
Chalet ensuite appelé « Chalet Gourmez ».

Intérieurs mauresques d’un pavillon espagnol (13 Villa Chaptal – Levallois Perret)

Galeries couvertes dues au ferronnier Emile Robert (Vichy – Parc des Sources – Auvergne)
Elles sont reconstruites ici entre 1899 et 1903.

Vase du paon réalisé par Paul Jusselin et Ulysse Bertrand (Musée de la faience de Gien)
Vase d’une hauteur de 3 m. et d’un diamètre de 1,20 m.

Kiosque d'exposition (Musée de matière médicale - collection du laboratoire de la faculté de pharmacie Paris 5).
Pavillon en bois surnommé "La pagode", héritage de l'exposition de 1889.


Boiseries du stand des vins de Bourgogne (Chambre de commerce de Beaune en Bourgogne – 6 rue Vergnette de la Motte)
Réalisées pour l’exposition, elles sont réemployées dans la grande salle du rez de chaussée de la chambre de commerce portant le nom de Montoy.



8 panneaux symboliques (le Repos, le Travail, l'Education...) (Exposés aux murs de la salle des mariages de l'ancienne mairie de Courbevoie)
Ces panneaux furent présentés à l'exposition universelle de 1889, où Séon obtint la médaille d'argent, puis installées à Courbevoie en 1890.

Décor peint de douze toiles présentées à l'exposition (Salle des fêtes de la mairie du 4eme arrondissement - Paris)
Douze toiles créées par Léon Comerre (1850-1916) représentant les allégories du destin, l'étude des sciences et des arts, le jour, la terre, le printemps, l'été, l'automne, l'hiver, l'eau, la nuit, la fortune, l'abondance.

Pavillon Scandinave (Champigny sur Marne - Parc du plateau - 23 avenue Martelet)
Pavillon conçu par l'architecte Charles Garnier pour l'exposition universelle de 1889. Construit tout en rondins de bois, il est situé à l'arrière de la maison de M. Martin, propriétaire à l'époque et qui le fit réédifier.



Maison de métal ou maison Eiffel (Poissy – 1 chemin de la maladrerie)
Maison préfabriquée entièrement métallique attribuée à Eiffel. Démontée et reconstruite à Poissy, elle semble avoir souffert d'un incendie avant d'être frappée par la tempête de décembre 1999. Ses ruines semblent malheureusement irrécupérables.
! ATTENTION, selon certaines sources, cette maison ne serait pas un vestige de l'exposition !

Billetterie en fer de l’exposition (Dampierre-en-Yvelines)
Chalet démontable créé par les ateliers Duclos afin de servir de billetterie de l'exposition universelle de 1889 à Paris. Il fut ensuite reconstruit à Dampierre et est devenu une halte pour les randonneurs.



Pavillon en bois (Sanatorium d’Ormesson –12 avenue Wladimir d’Ormesson)
Chalet d’entrée en bois situé à l’entrée de la maison d’accueil spécialisée. Il a longtemps servi de logis pour le jardinier. Un autre pavillon avait été installé également, il a été malheureusement détruit depuis.

Fontaine provenant de l'exposition (Fonderie Bad Lauterberg im Harz - Allemagne)

Groupe sculpté "La Républica Argentina" de la façade du palais d'Argentine (Ecole Technique Raggio - Buenos-Aires, Argentine)

Elle était située sur la façade principale de l’édifice et réalisée par Jean-Dominique Hugues. La république y est symbolisée par une femme accoudée à une vache avec à ses pieds, une figure masculine, allégories de l’agriculture, de l’élevage, de l’industrie et du commerce ainsi que du chemin de fer. Cette sculpture de bronze a été transportée avec le palais reconstruit dans la capitale argentine en tant que musée des Beaux-Arts. Lors de sa démolition en 1932, le groupe sculpté a été replacé dans la ville.




Groupe d’angle « L’agriculture» du palais d’Argentine (Buenos-Aires, Argentine)
Deux sculptures semblables formaient deux angles du pavillon. Oeuvres du sculpteur Barrias et fondues par Thiebaut. Un groupe se trouve à  Villa Lugano sur l’avenue Riestra y Martiniano Leguizamon et un autre sur l’Avenida Cabildo y San Isidro.



Groupe d’angle « La navigation» du palais d’Argentine (Buenos-Aires, Argentine)
Deux sculptures semblables qui complétaient les deux autres, l’un se trouve sur l’Avenida de los Incas y Zapiola (Belgrano R) et l’autre au sud de la place América.

Eléments métalliques du palais d’Argentine (Forges Solana à Mataderos– Argentine).

Des parties de l’ancien pavillon Argentin sont conservées dans une fabrique de métal, ils semblent mis en vente par leur propriétaire actuel.


Halle dont les structures proviennent de l’exposition universelle de 1889
(Acieries de Firminy - site de l'ancienne usine de l'Ondaine de Creusot-Loire - rue du Colonel Riez).
Halle de l'ancienne moyenne forge. Vaste bâtiment mesurant 98 x 42 mètres, dont une halle centrale de 98 x 25 sous toit à deux pentes et des nefs latérales sous cheddes.

Pavillon non identifié (5 rue d’Orchampt – Paris 18eme)



Pavillons non identifié (façade sculptée) ou structure de métal (Théâtre de l’Elysée Montmartre – Paris 18eme)

Gare de la station « Alma » - "Champs de Mars" (Station "Javel" du RER C - Paris - 15eme)
Déménagée à son emplacement actuel avant 1900.



Pavillon divers (Le Plessis-Robinson - 22 rue de Malabry)
Ce débit de boisson "L'ermitage" est un ancien pavillon de l’exposition universelle de 1889.

Pavillon (non identifié) de l'exposition de 1889 (Louveciennes 17 rue du Gal Leclerc)

Pyramide de tonneaux présentée à l'exposition (En vente par l’antiquaire Philippe Cote basé à Villeurbanne)



Pavillon de fer attribué à Eiffel (Club Iquitos - Casa de Fierro - Quito- Perou)
Batiment métallique présenté à l'exposition de 1889 puis ramené au Pérou pour être reconstruit rue Prospero à QUITO.

Fontaine « Le char de la Liberté » de Bartholdi (Lyon - place des terreaux)
Fontaine pesant 21 tonnes présentée dans la galerie des machines en 1889. Rachetée par la ville de Lyon pour 65000 francs, elle fut inaugurée le 22 septembre 1892. Elle avait été conçue à l’origine pour la ville de Bordeaux en tant que « Fleuves et sources allant à la Garonne ».

Carrelage céramique de 40 m2 et 700 carreaux (Musée de Paray le Monial)
Ce carrelage a obtenu le 1er prix médaille d’or lors de l’exposition.

Machine à calculer de Léon Bollée (Musée des arts et métiers – Paris)
Cette machine a été primée Médaille d’or à l’exposition de 1889.

Statue de la Liberté en version réduite (Paris - Ile aux cygnes)
Reproduction réduite de la statue de New York offerte par les USA à la ville de Paris en 1885 et placée ici pour l’exposition de 1889.

Sculpture "La halte en forêt" (Entrée d'honneur de l'hotel du parlement de Quebec - Canada)
Sculpture en bronze présentée à l'exposition universelle de 1889. Installée ici en 1890.

Voiture - Salon (Propriété de la CFBS - Chemins de Fer de la Baie de Somme)
Cette voiture a figuré à l'exposition universelle avant de servir au transport de personnalités pour le compte de la Société Générale des Chemins de Fer Economiques. Le wagon est exploité aujourd'hui par la CFBS à des trajets touristiques de prestige.



Bateau-Mouche créé pour l'exposition (Bateau "Touriste 1" à Dinant - Belgique)
Ce bateau à vapeur navigue aujourd'hui sur la Meuse à Dinant en Belgique. Il fut construit à partir de 1884 par les Chantiers Navals JABON Frères pour naviguer à Paris durant l'exposition. Il fut ensuite racheté en 1891 pour assurer une liaison fluviale entre Namur et Dinant en tant que "Namur-Touriste". Au fil du temps, le bateau a subi quelques modifications au niveau des ponts et du toit qui était en toile au départ et qui fut remplacé par un toit métallique. De même, lors de son utilisation durant l’exposition de 1889 sur la Seine, la proue et la poupe étaient ornées de sculptures en bois doré représentant des dauphins, des chérubins et d’autres feuilles d’acanthe. Jugée trop délicate, cette décoration fut démontée vers 1898. Le bateau est d’une longueur de 31,30 m., d’une largeur de 5,46 m. et d’une capacité d’origine de 300 personnes.

Décorations monumentales en métal exposées au Stand Monduit de l'exposition (Donation Monduit au chateau de Pierrefonds - Oise)
Ces pièces sont des doubles d'élements de décorations de divers batiments édifiés avec le concours des établissements Monduit. Elles sont regroupées ici après avoir été conservées par la famille Monduit. Il y a notamment un élement de toiture du palais de Justice de Bruxelles, un Lion ailé sculpté par Caïn...




Grand poinçon du palais des Beaux-Arts (Donation Monduit au chateau de Pierrefonds - Oise)
Pièce d'architecture métallique créée pour la construction du palais des Beaux-Arts à l'exposition universelle de 1889. Elle est comprise dans une collection issue de la donation des industries de construction architecturales Monduit.

Pavillon de la Suède ( Chalet suédois - 2 bd Albert Christophle - Bagnoles-de-l'Orne)
Ancien palais de la Suède pour l'exposition de 1889 reconstruit pour Hartog, manufacturier.



Bâtiment avec coupole astronomique
(Meudon - Hauts de Seine).

Edifié par Gustave Eiffel pour l'exposition universelle de 1889, remonté à Saint Maur des fossés puis à nouveau démonté en 1979 pour être reconstruit à Meudon dans les Hauts-de-Seine.

Pavillon divers (Lion sur mer - 22 Bd du Calvados)
Pavillon agrandi des deux travées latérales au début du siècle. Selon la tradition orale, il s'agit d'un bâtiment de l'exposition de 1889.



Vitrine circulaire d'exposition (Musée du petit Palais - Paris)
Vitrine conçue pour l'exposition universelle de 1889 par Alessandri. Elle est aujourd'hui exposée entant que vitrine au petit palais.



Statue de "Miss Mercier", oeuvre de Louis Hottot (Siège des Champagne Mercier - Epernay)
A l'époque, présentée lors de l'exposition de 1889 en même temps que le foudre géant, elle aurait fait scandale à cause de la bouteille et du verre qu'elle tient et de la légèreté de sa tenue.

Pavillon de la Norvège (Gare routière en bois de Cauterets - Pyrenées)

Vasque provenant de l'exposition (Jardin devant la mairie du Vésinet)
Vasque en onyx présentée en 1889 offerte par M. Sauvalle et installée devant la mairie en 1895.

Fragments du panorama du siècle (Musée du petit palais - Paris)
Série de fresques provenant d'un panorama exposé lors de l'exposition universelle



Statue du jardin du Champ de Mars (Réplique réédifiée)
Cette statue monumentale qui décorait le jardin du Champ de Mars en 1889 durant l'exposition universelle de 1889 existe en tant que réplique en bronze.

Modèle au 1/20eme de la montgolfière de Paolo Andreani en 1784 ( Musée des arts et métiers - Paris)

Chalet non identifié (Gouaix-Flamboin - Seine et Marne)
Ce chalet fut monté à l'Exposition de 1889 près de la tour Eiffel et aurait reçu 2 millions de visiteurs en six mois. M. Ledoux, mandataire aux Halles, le rachète ensuite pour en faire sa résidence secondaire.



Moteur à essence 4 cylindres et 4 temps de Forest et Gallice (Musée des arts et métiers - Paris)

Maquette du sîte houillier de Lancey (Musée de la houille blanche - Lancey)

Sculpture Pukki ( Bouc ) par Constantino Pandiani provenant de l'exposition de Paris 1889 (Korkeasaari Zoo Park - Helsinki)



Sculpture "La vapeur" provenant de la galerie des machines (Musée Henri Chapu - Le Mée sur Seine)
Ce groupe sculpté est conçu par le sculpteur Henri Chapu.

Pagode tonkinoise (Parc de la villa La Source - Arpajon)

Deux grandes huiles sur toile " La tapisserie" et "La céramique" modéle peint d'une décoration de porte du palais des Manufactures Nationales (Musée La Piscine - Roubaix)
Oeuvres de Luc Olivier Merson pour l'exposition de 1889.

Bienvenue !
VESTIGES
DES
EXPOSITIONS
UNIVERSELLES

=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=