VESTIGES DE L' EXPOSITION PARIS 1878


Deux ailes et pavillons flanquant le palais du Trocadéro (Ailes et pavillon du palais de Chaillot (- Paris)





"Taureau" du parvis du palais du Trocadéro 
(Statue actuellement à Nimes au sommet d'un haut socle).




« Cheval à la herse » du Trocadéro par Pierre-Louis Rouillard (Parvis du musée d'Orsay).



"Rhinocéros" du Trocadéro par Alfred Jacquemard (Parvis du musée d'Orsay)
Hauteur 2,86 m. et largeur 2,29 m.).




"Jeune éléphant pris au piège" du Trocadéro par E. Fremiet (Parvis du musée d'Orsay - Un modèle en réduction est également visible au Musée des Beaux-Arts de Dijon, don de Fauré Fremiet en 1955).



Statues des continents (Parvis du Musée d’Orsay)
Statues commandées pour le palais du Trocadéro en terrasse au dessus de la cascade de 1878 à 1935 puis remisées à Nantes de 1935 à 1985 avant de rejoindre l’esplanade du musée d’Orsay en 1985
« Océanie » par Mathurin Moreau (1822-1912)  Hauteur : 2,12 m. et largeur : 1,48 m.
« Amérique du sud » d’Aimé Millet (1819-1891) – Sur l’écusson : « Brazil Ecuador Bolivia Uruguay Peru Chile Colombia Venezuela Paraguay Centro-America » - Un plâtre demi-grandeur similaire est visible au Musée de la Chartreuse à Douai.
« Amérique du nord » par Durenne, Hauteur de 2,16 m. et largeur de 1,34 m. Il y est inscrit « Washington Lafayette Franklin Jefferson ».
« Afrique » de Delaplanche, d’une hauteur de 2,10 m. et d’une largeur de 1,84 m.
« Asie » par Falguiére,
« Europe » par Schoenwerk. Statue de fonte anciennement dorée d'une hauteur de 2,22m. et d'une largeur de 1,58m. Sur la plinthe est indiqué Schoenewerk et Usines J. Voruz aîné Nantes 1878



Pavillon de Suède-Norvège (Musée Roybet C. Fould dans le Parc du Bécon à Courbevoie)
La façade arrière du musée est celle du Pavillon en pin rouge de Suède-Norvège remonté ici avant 1900 pour la résidence de Fould.




Pavillon des Indes anglaises (Parc du Bécon à Courbevoie)
Pavillon situé à l’origine dans la galerie des machines. Ce palais, reconstruit dans le parc de la résidence de Roybet Fould à Courbevoie, est désormais inclus dans le parc public du Bécon quoique pris dans le secteur des jardiniers de la ville.



Forge du Creusot (Le Creusot)
Modèle de la fameuse forge du Creusot aujourd'hui présenté dans la ville du Creusot comme une véritable monument historique

Porte des Beaux-Arts de Sédille par Loebnitz (Hotel Sédille 28 boulevard Malesherbes – Paris 8eme - 1er étage contre un mur de la cour)
Ce décor de Sédille et Loebnitz pour la porte des beaux arts à l’exposition de 1878 est une façade de 12 mètres de haut entièrement en terre cuite et en faïence

Panneaux de la section française des Beaux-Arts (Ateliers de Jules Loebnitz – 2 bis/4 rue de la pierre levée – Paris)
Trois panneaux de céramique (architecture, sculpture, peinture) conçus pour la porte monumentale de la section des Beaux-Arts.




Chalet suisse en bois (Boulogne-Billancourt 11 rue de l’Alsace Lorraine)
Conçu à Coire en Suisse pour l’entreprise Kuoni.



Statue originale de Naga d’Angkor (Musée Guimet - Paris)
Immense statue de serpent sacré provenant d’Angkor qui était depuis 1878 conservé dans les réserves du musée.

Candélabre (Musée du cristal de Baccarat)
Acquis après l'exposition par le Shah de Perse, il est en forme de rotonde de 5 mètres de hauteur pour un diamètre équivalent.

Pavillon de la maison Doulton et Lambeth (Avenue Pascal - Maisons Laffitte - Yvelines)
Facade du pavillon d'une société de manufacture de terre cuite anglaise dessiné par l'architecte Wilkinson regroupant des frises, moulures, voussures, corniches, colonnettes, carreaux, balustres et vases illustrant l'art de la firme britannique.



Datcha russe
(Nogent sur Marne – 51 rue Hoche)
Cette construction aux facades de bois rouge provient du pavillon russe de l’exposition de 1878. Ce pavillon comportait à l’origine une deuxième partie qui a disparue.



Pavillon divers (Quai de la Loire à droite du bassin de la Villette – Extrémité sud – Paris 19eme)
Charpentes métalliques de deux entrepôts sur les berges, provenant d’un pavillon de l’exposition puis remontées ici. Les entrepots rénovés sont aujourd'hui occupés par un complexe cinématographique MK2.

7 Masques des fontaines du Trocadéro (Parc du Chateau de Sceaux)
Ces mascarons se trouvaient dans les décors de la cascade de l'ancien palais du Trocadéro édifié pour l'exposition de 1878 et détruit dans les années 1935/1936. C'est à ce moment que la cascade du domaine de Sceaux est construite par l'architecte Léon Azema (impliqué dans la construction du palais de Chaillot pour l'exposition de 1937) et agrémentée des mascarons réalisés par Auguste Rodin pour le Trocadéro.

14 masques décoratifs du palais du Trocadéro (Jardin fleuriste municipal d’Auteuil – Paris)
Ces masques sculptés par Auguste Rodin décoraient les cascades monumentales devant le palais du Trocadéro. Ils ont été transférés ici suite à la démolition du palais pour l’organisation de l’exposition de 1937.

Fontaine de goût Iznik (Longwy dans la Moselle – Musée municipal)
Fontaine primée à l’exposition de 1878.

Embarcadère du Champ de Mars (Asnières - Impasse des Carbonnets)
Démonté en 1897, classé aux monuments historiques le 31 août 1985. Le campanile d’origine a disparu. L’architecte en est J. Lisch.



Pavillon divers (Hameau Boulainvilliers – 38 rue Boileau - Paris 18eme)
Maison du poète Fernand Gregh – ancien pavillon de l’exposition universelle.

Frise de tournesols en céramique de la faïencerie Loebnitz (Paris – 67 avenue Poincaré)
Frise incorporée dans un vestibule de Charles Plumet (1895).

Annexes des Galeries des machines (Gymnase Jean Jaurès – 87/89 avenue Jean Jaurès Paris 19eme)
Gymnase construit en 1888 avec des fermes métalliques œuvres de l’ingénieur Moisant créées pour l’exposition de 1878.

Voiture à vapeur « La Mancelle » de Léon Bollée de 1878 (Musée de la voiture à Compiègne)

Modèle de marché alimentaire présenté en 1878 par les établissements Joly (Musée du vieil Argenteuil)



Pavillons divers (Cité fleurie, 65 Bd Arago Paris 13eme)
Cité d'artistes construite en 1880 avec des matériaux récupérés de l'exposition. Elle comprend 29 ateliers de bois et de baies vitrées

Réplique réduite du château de Pierrefonds (Château de Pierrefonds)
Modèle en pierre exposé dans les collections du château de Pierrefonds illustrant les travaux de restauration par Viollet Le Duc



Tête de la statue de la "Liberté éclairant le monde" (Entrée du port de New York - USA)
La tête de la statue de la liberté est présentée en avant première à l'exposition de Paris en 1878. La main avait été présentée déjà en 1876 à l'exposition de Philadelphie. Ces parties de la statue finale avaient été réalisées dans les ateliers Eiffel à Levallois Perret avant d'être amenées vers leur destination finale sur une île à l'entrée du port de New York.




Réduction du diorama « La statue de la Liberté aperçue d’un bateau arrivant dans la rade de New York » (Musée des arts et métiers – Paris)
Le diorama était présenté en 1878 dans la tête de la statue de la Liberté exposée sur le Champ de Mars. Le diorama miniature exposé aujourd’hui aux arts et métiers est visible à l’intérieur du socle portant un modèle de la statue de Bartholdi.

Orgue du palais du Trocadéro (Auditorium Maurice Ravel de Lyon depuis 1977)
Construit par Aristide Cavaillé Coll en 1878 pour le théâtre du palais du Trocadéro, reconstruit et électrifié pour le palais de Chaillot en 1937 puis déménagé en 1977 à Lyon.

Maison Marocaine (Parc du chateau de Linderhof - Allemagne)
Pavillon représentant une maison du Maroc rachetée parn Louis II de Bavière pour l'agrément de son parc. Le palais a ensuite été déménagé dans une autre propriété avant d'être ramené en 1980 à son emplacement de Linderhof.



Modèle des fermes et de l’échafaudage ayant servi au montage des annexes de la galerie des machines (Musée des arts et métiers – Paris)
Maquette donnée par Mr A. Moisant, ingénieur civil et constructeur.

Modèle au 1/20ème du montage de fermes des galeries intérieures du palais du Champ de Mars (Musée des arts et métiers – Paris)


Candélabre de 24 lumières (Musée du cristal de Baccarat)
Ce candélabre de 2 mètres 15 de haut est composé de plus de 1000 piéces de cristal et a nécéssité pour sa réalisation des centaines d'heures de travail.

Hangar annexe de la galerie des machines (Meudon - Hangar Y)
Hangar conçu par l’ingénieur Henri De Dion. Il fut utilisé longtemps pour l’aérostation. Cette halle a été reconstruite à Meudon à l’emplacement du canal des Truites du domaine royal de Meudon. Il est depuis classé monument historique

Chalet non identifié 1878 (Chalet «Malgache» à Villers sur Mer)
Il s’agit d’une curieuse maison de bois de style colonial provenant de l’exposition de 1878.

Statue "L’air" et statue "L'eau" du chateau d'eau en fronton du palais du Trocadéro (Montreuil sous Bois )
"L'air" sculptée par Thomas d’une hauteur de 2,20 m. et "L'eau" ou "Nymphe à la source" par Le Vau d'une hauteur de 2 m. furent en place au Trocadéro de 1878 à 1935 puis exposées dans les jardins de Montreau jusqu'à il y quelques années. Elles sont aujourd'hui remisées pour conservation.




Statue "La navigation" du fronton du palais du Trocadéro (Agde - Place de la Marine)
Après la destruction de l'ancien Trocadéro, cette statue par Chervet fut offerte à Agde par le ministére de l'éducation nationale en janvier 1936. Elle est rebaptisée "Amphitrite" par la suite.




Statue « Mercure » ou « La médecine » du fronton du palais du Trocadéro (Devant la Mairie de Mayenne)
Statue réalisée par Jean Gautherin et déposée ici en 1936 après avoir été exposée au palais du Trocadéro.

Statues "L'Anthropologie" et "La Chimie" du fronton du palais du Trocadéro (Ligny en Barrois - Parc Municipal)
Ces deux statues ont été plaçées dans ce parc coté entrée du foirail vers 1936 suite à la démolition du palais du Trocadéro. La statue "La Chimie" est due au sculpteur H. Sobre et "L'Anthropologie" par C. Clere.

 

Statues "La Botanique", "La Sculpture", "Le Bucheron", "La Moisson" du fronton du palais du Trocadéro (Nantes - Parc Procé)
Après la démolition du Trocadéro vers 1936, ces statues furent plaçées dans ce parc de la ville de Nantes. "La Botanique" est due au sculpteur Baujault, "La Sculpture" par Dubray, "Le Bucheron" par Chrétien, "La Moisson" par Aubé.

 


Statue de Tourville du fronton du palais du Trocadéro (Jardin des plantes - Coutances)
Le don a été fait par l’Etat en 1952 de cette statue de pierre provenant du Trocadéro dont il existe une maquette au musée de Coutances.








Statue Uranie ou Astrologie provenant de la terrasse du Trocadéro ( actuellement Square Bayard - La Roche sur Yon)
Statue par Adolphe Itasse installée depuis 1936 dans son emplacement actuel.


Statue "La Peinture" provenant de la terrasse du Trocadéro ( actuellement Jardin Fernand Chapsal - Saintes ) 
Statue signée Barthélémy.



Hall de l’exposition 1878
(Site industriel Jacquesson – Chalons en Champagne)
Site « La rive gauche » autrefois occupé par Jacquesson à la Comète. Le batiment de l’exposition universelle a été réutilisé en tant que galerie industrielle.

Dessus-de-porte, plafond et décor intérieur (Mairie de Clichy sur Seine)
Au plafond : allégorie du mariage encadrée d' amours en médaillon dont les attributs symbolisent les vertus conjugales. La toile du plafond peinte par Oscar Mathieu fut présentée à l' exposition universelle de 1878.

Vitrail "La Céramique" dessiné par Steinheil provenant du palais du trocadéro (Collections du musée des monuments français - Palais de Chaillot Paris)
Ce vitrail était situé en 1878 au premier étage du palais du Trocadéro. L'ensemble était constitué à l’origine de quatorze vitraux commandés par l'architecte du Trocadéro Davioud à différents verriers sur le thème des arts industriels. Le vitrail "La Céramique" par Steinheil est réalisé par Charles Leprévost et la peinture sur verre par Louis Bonnot.Il a été sauvé de la destruction du palais du Trocadéro en 1937 puis redécouvert en 1997 dans les sous-sols de l’aile "Paris" du palais de Chaillot.

Masque monumentaux de la cascade du palais du Trocadéro (Musée des Arts Décoratifs – Paris - Palais du Louvre).
Ces deux masques monumentaux sculptés ornaient les cascades du palais du Trocadéro édifié pour l'exposition universelle de 1878 et détruits avant l'exposition internationale de 1937. Ils ont été mis en place dans le musée des Arts décoratifs rénové en 2006.



Deux taureaux provenant du Champ de Mars
(Entrée du parc Georges Brassens - Paris 14eme)
L'entrée du parc est encadrée deux taureaux, oeuvres du sculpteur animalier Isidore Bonheur, plaçés là après l'exposition universelle de 1878 pour servir d'entrée monumentale aux abattoirs de Vaugirard. Ils ont fermé en 1974 et le parc qui les remplaçent à ouvert en 1984 en conservant des élements de l'ancienne affectation dont ces deux taureaux.

Galerie des machines (Halle métallique – Technopole rue Becquerel - Belfort).
Construite pour l’exposition universelle de 1878 par l’architecte Amédée Hardy et l’ingénieur De Dion, cette vaste halle métallique appelée « cathédrale » est partiellement acquise en 1879 et transférée à Belfort pour abriter deux rangées de machines anglaises à retordre le fil pour DMC. A partir de 1973, elle sert d’atelier de fabrication d’ordinateurs pour Bull avant d’être reconvertie en Technopole.

Statue de Charlemagne (Parvis de Notre Dame de Paris)
Cette statue était visible en 1878 sur un piédestal diffèrent à l'intérieur d'une galerie.



Façades et toitures d’un pavillon de 1878 (Château de la Verrerie - Rue du Guide et rue Chaptal à Le Creusot)

Eléments d’une pagode Indochinoise (Maison « La cachette » - 2 rue de lorraine prolongée Nouzonville )
Des lambris et les portes de la véranda sont, selon la tradition orale, des remplois provenant d' une pagode indochinoise de l' exposition universelle de Paris de 1878.

Fontaine exposée à Paris en 1878 (aujourd'hui au Musée Albert et Victoria de Londres)



Vase colossal de Gustave Doré (Musée DeYoung - San Francisco) 
Vase géant provenant de la section des Vins à l'exposition de 1878. Exposé ensuite à Chicago en 1893


 
Carillon de 46 cloches et Bourdon de Perpignan (Cathédrale Saint-Jean-Baptiste - Perpignan)
Ce carillon conçu par Bollée fut exposé de mai à octobre 1878 dans la section Produits de l’exploitation des mines et de la métallurgie et au stand n°567. Des concerts de ce carillon se tenaient tous les jours à 14 heures et à 16 heures. Le carillon est expédié en 1879 à Perpignan pour prendre place dans le Clocher de Saint-Jean.

Bienvenue !
VESTIGES
DES
EXPOSITIONS
UNIVERSELLES

=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=